l'aventure en famille

Machu Picchu: les images

Vous les attendiez, les photos du machu Picchu sont enfin en ligne...

A Bientot



Publié à 05:54, le 30/07/2010, Lima
Mots clefs :


fin de voyage

Salut à tous

Ca y est nous sommes arrivé à la fin de notre voyage. Après 4 jours de route intensive pour rejoindre Lima depuis Cusco, nous sommes enfin arrivés à la capitale, après un dernier bivouac dans un port de pêche à quelques km de la grande ville (pas envie de débarquer dans la jungle urbaine le soir de nuit, trop de stress). Nous avons eu la belle surprise de retrouver sur la route les copains de Cusco (la famille Comté) et Hoel a eu le plaisir de retrouver ses copines Lola et Lily. Pour les grands cela a permis d'agrémenter la routes d'une bonne soirée au bord de la mer avec apéro et bonne tranche de rigolades. Heureusement car on en avait ras le bol. Mais ça y est nous nous sommes trouvé un petit coin sympa et nous occupons à présent de bichonner le camion pour pouvoir le vendre au meilleur prix. Nous nous occuperons ensuite de faire en sorte que les bagages rentrent tous dans la soute de l'avion et ce ne sera pas une mince affaire. Il va falloir faire des choix ce sera dur!!!!

 Voilà pour notre actualité

 Une des dernières aventures de notre voyage fut la découverte du MAchu Pichu et de la vllée sacrée.Alors après Pisac, Ollotatambo, Morey et les salines de Maras nous sommes arrivés à la cité sacrée des Incas. En effet, malgré ce qu'en on fait nos contemporains (une machine à faire du fric) cela reste un spectacle extraordinaire, inexpliquable.

Plusieurs solutions pour aller au Machu Pichu, la plus simple et la plus utilisée: prendre le train le plus cher du monde de Cusco jusqu'à Aguas calientes la petite ville au pied du site= 200 dollars, c'est à dire plus de 2 dollars du km. Puis prendre le bus à 7 dollars pour faire quelques km. Ou alors le plan B, c'est-à-dire prendre la piste jusqu'a Santa Teresa, puis un microbus jusqu'a Hydro-electrica et enfin marcher le long de la voie ferrée jusqu'au Machu Pichu. C'est ce que nous avons choisi, et en compagnie des 2 familles de français rencontrées à Cusco nous avons pris les sacs à dos, les bébés et hop en route. On a bien fait, car le chemin était superbe. En quelques km, le paysage à complètement changé. Nous sommes passés de l'altiplano à la selva. Et tout à coup des bananiers partout, des avocatiers regorgeant de fruits sans parler des papayers (le régal de Rémi et Hoel). Des nuées de perroquets multicolores, et toutes sortes de fleurs magnifiques. Nous sommes arrivé à temps (avant la pluie) pour dormir au Paradero Mandor (petite auberge perdue au milieu de nulle part). Il était prévu de se lever à l'aube le lendemain pour attaquer la montée du Machu Pichu par la fin du chemin des Incas. Malheureusement le lendemain il pleuvait toujours, alors nous avions abandonner, le Machu était dans les nuages impossible de voir. Vers 8h nous avons quand même décidé d'avancer vers Aguas calientes pour pouvoir profiter un peu des avantages de la ville par jour de pluie. D'antant que les réserves de nouritures diminuaient. Et sur la route la pluie s'est arrêtée, alors sur un coup de tête, arrivés sur le chemin des incas, la famille Cousineau-boucard a décidé d'entamer la montée. Après 2h3O-3h d'efforts intensifs nous sommes arrivés en haut. Epuisés mais fiers et contents aussi du paysage. Mais nous ne sommes pas entré sur le site ce jour là, il faisait trop mauvais temps. Alors nous sommes redescendus par la piste vers Aguas Caliente où nous nous sommes reposés et régalés d'un super petit resto français (un immigré au pays des lamas!!!). Encore du bon temps quoi.

Le lendemain après une bonne nuit à l'hôtel (ça change du camion) nous avons eu le plaisr de constater que le soleil étai au rdv. Alors, grâce à notre fils (!!!), nous étions à 7h30 au Machu Pichu et avons profités jusqu'à la fermeture de ce site prodigieux. Nous étions enfin à ce Machu Pichu tant attendu (Isa en rêvait depuis ses 12 ans environ) et n'avons pas été déçu. En effet, cette cité dans les nuage reliée (à l'époque) à la civilisation par un seul chemin à flanc de falaise et qui a aussi servi à la fuite de l'empereur avant la conquête, ce site qui n'a jamais été découvert par les espagnols, et pourtant jamais été oublié des descendants des incas est tout simplement hors du temps. Redécouvert par un américain en 1911, il y a aujourd'hui jusqu'à 2000 visiteurs par jour et ,à part le train, propose aussi le hamburger le plus cher du monde: 30 dollars, la chambre la plus chère du monde: 800 dollars sans vu sur le Machu et toutes sortes d'autres choses qui donnent un peu la nausée. Alors on peut dire qu'au MAchu, la démesure est partout. MAis heureusement tout cela se trouve à l'extérieur du site qui reste assez préservé de tout ce business. Nous sommes ensuite retournés à Cusco par la vallée sacrée et avons encore fait de chouettes rencontres (des nantais ce coup-ci cool!!!).

Voilà pour le MAchu, à présent c'est Lima que nous allons essayé de visiter un peu si nous avons le temps; MAis ici l'ambiance est tout autre, il fait froid, humide et gris, alors....

Bref on vous dit à très bientôt en vrai!!!



Publié à 18:44, le 27/07/2010,
Mots clefs :


Séjour à Cusco

 

Nous avons passé un peu plus de temps que prévu à Cusco;

D'abord parce que nous avons trouvé un lieu de vie super sympa. Un grand camping enherbé, tout fermé (pratique pour laissé Hoel gambader) et tout entouré de forêt avec en prime un coin feu tout près du combi. Ce qui fait que nous avons pris du bon temps, petites soirées entre copains (des nouveaux qui deviendront des compagnons de routes pour l'expédition au Machu Pichu mais ça c'est pour plus tard) avec plein d'enfants . Mais c'est aussi et surtout la richesse de la ville de Cusco qui nous a retenue. Richesse historique qui apparait encore aujourd'hui dans l'architecture et les nombreux musées du coin. N'oublions pas que Cusco a un passé prestigieux. Ancienne capitale du grand empire inca, elle était donc la vitrine du pouvoir pour tout les peuples conquis. Fallait que ça pète quoi. Et comme les incas étaient de fabuleux ingénieurs, il en reste encore de belles choses malgré les siècles, les tremblements de terre, les destructions volontaires des conquistadors, et autres intempéries de ces 500 dernières années. Grâce à nos visites nous avons beaucoup appris sur la culture ce qui nous donnera plus tard des clés pour la visite en rafales de toutes les sites en ruines de la vallée sacrée qui nous mènera au Machu Pichu. La visite du monastère dominicain construit sur l'ancien temple du soleil nous a particulièrement bluffé. On peut y voir en détail les techniques de constructions utilidées par les incas qui faisaient déjà des bâtiments anti-sismiques par exemple. Tout ça grâce au trvil de la pierre. En effet, ne connaissant pas le fer (d'autre métaux oui mais pas assez solides) tout était taillé dns la pierre, clés de toits, charnières de portes etc. Fabuleux. Nous avons aussi visité le musée d'art précomlombien dont la collectione est superbe mais dont le contenu informatif est proche de la nullité. Au retour du Machu nous visiterons le muse archéo.



Publié à 20:40, le 21/07/2010, Cusco
Mots clefs :


Hola!

 Nous avons quitté Arequipa pour le canyon de Colca. C'est pas très loin mais on était contents d'arriver a la nuit tombée a Chivay, après avoir passé un col a 4800 mètres et une plaine battue par des vents glaciaux où on a de nouveau pu voir des vigognes.

  Le lendemain nous sommes entrés dans la vallée de Colca qui n'est pas encore un canyon mais les cultures en terrasses descendant des montagnes sont magnifiques. On a passé la nuit à Pinchollo un pueblito pas du tout touristique. Au matin de bonne heure nous sommes partis vers la cruz del condor. Il s'agit d'un promontoire vertigineux surplombant le canyon ou chaque matin les condors viennent se dégourdir les ailes en profitant des courants chauds ascendants. Forcément cela attire des flots de touristes mais le spectacle est époustoufflant. Les condors volent si près de nous qu'on entend le sifflement de leurs ailes dans le vent. On a donc coché le condor royal (comme disent les ornithos) le mâle a un collier de plumes blanches autour du cou, ils sont vraiment énormes. Les touristes se sont évaporés aussi rapidement qu'ils étaient apparus, à 10 heures car il parait que le show ne dure que de 8 heures a 10 heures (ils ne doivent pas être assez bien payés les condors!!!); Nous sommes restés jusqu'à 13 heures et avons pu encore admirer quelques couples majestueux qui nous ont fait une démonstration rien que pour nous. Le fait d'avoir notre propre véhicule nous permet de ne pas être soumis aux horaires des tours opérators. Quel plaisir d'être libre de ses mouvements. Au bout de 5h d'observation, nous avions 200 photos, alors on vous a gardé les meilleures (ça c'est pour ceux qui trouveraient qu'il y en a de trop!!)

Nous avons continué à avancer dans le canyon en s'arrêtant à chaque mirador pour admirer la vue plongeante sur le canyon et la rivière en contrebas jusqu'a Cabanaconde. Pour vous permettre de visualiser, imaginez à certain endroit une marche de 3200m de haut, et vous aurez une idée de ce que nous avions devant les yeux. A cet endroit, le canyon est encore complètement sauvage et c'est toujours pour nous un spectacle epoustouflifiant. Cabanaconde est entouré de cultures en terrasses sur lesquelles les paysans labouraient avec les boeufs et l'araire en bois. La ballade dans le village en fin d'après midi nous a permis de rencontrer quelques habitants, un grand père qui a joué aux petites voitures avec Hoel, qui nous a parlé de ses enfants qui sont tous partis loin de la vallée. Les dames avec leur superbes costumes traditionnels brodés de toutes les couleurs voulaient prendre Hoel dans leurs bras (pas toujours pour son plaisir). Nous avons aussi rencontré Delhia et son fils Pipo qui est né deux jours avant Hoel. On a bien discuté et elle nous a proposé de venir planter notre maison devant chez elle pour pouvoir nous brancher, les nuits sont glaciales la-bas. On s'est donnés rendez-vous et on l'a attendue mais ne la voyant pas venir on a recherché un autre endroit (pas sans peine d'ailleurs) et on a passé la nuit devant une tienda (boutique) sur la place centrale. Le lendemain petite ballade jusqu'à un autre mirador à la sortie du village, on est passé devant l'arène ou des villageois préparaient le terrain pour la corrida de la fête du village. Hoel a fait sa première vraie randonnée, il a marché une heure sur les sentiers de montagne pour accéder à un mirador. Alors très fier de lui nous lui avons offert le lendemain son premier bâton de rando (coupé dans un arbre du coin) il aurait fallu le voir, il était fou de joie, si on l'avait écouté il aurait dormi avec. Du mirador, on avait une vue plongeante sur la rivière et ce que l'on appelle l'oasis. En effet, la végétation y est luxuriante et la climat un peu plus favorable dans le fond du canyon. Au retour de la marche, nous avons recroisé Delhia qui rentrait chez elle. Elle nous a invités a visiter sa ferme. Nous avons pu voir sa récolte de maïs qui séchait, elle nous en a offert quelques épis, on espère les semer en France pour pouvoir vous faire gouter le maïs tostado. Nous n'en diront pas plus sur Déhlia car elle fera l'objet d'un article dans un p'tit journal de notre connaissance. On leur laisse l'exclu!!! Nous avons quitté Delhia pour aller vers Cusco. En faisant une halte au marché de Chivay pour refaire le plein nous avons rencontré un couple de français travaillant sur un projet de cinéma itinérant dans les campagnes et villes péruviennes ( http://imagenesdondeandes.blogspot.com/ ) ce qui leur permet d'aborder différents thèmes comme l'exode rural ou le travail des enfants par exemple. Ils galèrent un peu financièrement par manque d'appui des autorités péruviennes pour qui la culture n'est pas importante car cela ne rapporte pas d'argent mais ils sont super motivés et ont besoin de soutien.

Nous avons donc quitté le canyon de Colca enchantés par ces rencontres et par ce que nous avons vu. Pour nous diriger directement vers Cusco sans perdre de temps car on avait hate de découvrir la capitale de l'empire inca et aussi parce que l'on commence à compter en semaines maintenant avant le retour. On y est actuellement et on a trouvé un camping super agréable et des gens avec qui nous avons bien accrochés et festoyé. La prochaine étape sera le Machu Picchu.

Pour ceux qui aimeraient en savoir plus.....

Un peu de géo

Avec ses 450 km de long, le río Colca est le plus long fleuve de la côte Pacifique de l'Amérique du Sud. Né à prés de 5000 m d'altitude, il paresse tout d'abord sur l'Altiplano avant d'entailler les roches volcaniques sur 100 km, lui permettant ainsi de rejoindre la plaine côtière. La vallée du río Colca se subdivise en trois zones distinctes. Les rares villages situés en amont de Chivay vivent surtout de l'élevage de lamas et d'alpagas. La partie centrale, entre Chivay et Maca, concentre l'essentiel de la population. Ici, les pentes ont toutes été façonnées de majestueuses terrasses agricoles afin d'amener l'eau et d'éviter l'érosion ; sur les 12 000 hectares d'"andenes" (les terrasses) construits, on produit pommes de terre, maïs ou oignons. Enfin, en aval, la large vallée s'approfondit pour devenir une gorge abyssale. Le canyon de Colca est le plus profond du Monde avec une profondeur de 3207 m, le canyon de Colca dépasse largement celui du Colorado (1343 m).

d'Histoire

C'est vers 10 000 av. J.-C.que les premiers hommes arrivent dans le canyon de Colca, rapidement deux ethnies dominent les Collaguas et les Cabanas. Tandis que les premiers s'installent entre la partie haute de la vallée et Maca, les seconds s'établissent autour de Cabanaconde. Ces paysans vivaient dans de petits hameaux disséminés. A partir du VIIème siècle, ils développent l'agriculture et l'élevage de belle manière, grâce notamment aux terrasses. Ce travail colossal a permis l'établissement d'une population nombreuse pour une région aussi sèche : 60 000 habitants au XVème siècle. Le nom "Colca" se traduit d'ailleurs par "grenier". Aux XI et XIIèmes siècles, l'Empire huari règne sur le Colca. Mais vers l'an 1500, les Incas en prennent possession, mais ne réussissent jamais à imposer leur administration aux Cabanas. En 1540, les conquistadors espagnols dominent complètement la vallée. On détruit alors les idôles "païennes". En 1567, on oblige les indigènes à se regrouper en 14 reducciones (villages) : les traditionnelles communautés familiales (ayllus) sont détruites. Les objectifs des Espagnols sont alors de mieux contrôler les Indiens, les convertir plus facilement au catholicisme, les faire payer des impôts, et recruter plus facilement du personnel pour le travail des mines. Les épidemies amenées par les colonisateurs abaissent la population à 9 000 habitants en 1690. Entre 1769 et 1781, les Indiens se rebellent contre les abus des Espagnols. La région du Colca compte aujourd'hui 33 000 habitants.

et de légendes

Les anciens Collaguas se disaient fils du volcan Collaguata et assuraient provenir de ses entrailles ; tous y sortirent en tenue, armés et coiffés, puis ils descendirent par les flancs de la montagne, conquérant la région. Afin de plaire au sommet sacré (apu), la tête des enfants était déformée à la naissance en forme de pointe afin qu'elle imite la forme du volcan. Leurs voisins Cabanas affirmaient tenir pour origine les profondeurs du volcan Hualca Hualca. Eux-aussi déformèrent le crâne de leurs enfants, mais, cette fois, ils adoptèrent une forme aplatie similaire à leur montagne natale. Voulant annexer la vallée du Colca, il se disait que l'empereur inca Mayta Cápac dut se marrier avec la princesse collagua Mama Tancaray, fille du chef du village de Coporaque, et lui construire un palais de cuivre.



Publié à 18:39, le 21/07/2010,
Mots clefs :


Coucou

 

Nous sommes au beau milieu du canyon de Colca, a Pinchollo, un petit village perdu dans la montagne. Et pour déconner comme ça on a regarder si y'avait du wi-fi eet bah oui, puisqu'on est là, nous profitons de la connexion de la mairie. Epatant, car on est vraiment très perdu dans un tout petit village a 3600m d'altitude dans la population se compose surtout d'âne et de moutons. Bref c'est beau la technologie; Et elle tombe bien car nous avions oublié de publier le sphotos de Moliendo ( le Pacifique )

 Allez hasta luego



Publié à 03:12, le 5/07/2010,
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 1 sur 8 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles

Machu Picchu: les images
fin de voyage
Séjour à Cusco
Sans titre
Sans titre

Sites favoris

NOS ARCHIVES PHOTOS (celles qui ne sont plus sur le blog)

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email