l'aventure en famille

Corazon santiagueño

 


Hola!


"Mais pourquoi donc allez vous à Santiago?" nous demandaient les argentins.


Nous pensions y rencontrer la famille de Juan mais nous avons aussi rencontré une ville de caractère, c'est la plus ancienne ville d'argentine (madre de las ciudades) pourtant pas de vielles pierres, la chaleur est presque insoutenable (et c'est l'automne!!) il n'y a rien d'autre à faire que la sieste. Alors que font les santiaguenos? Ils vivent la nuit quand l'air devient supportable. Ce qui permet de comprendre un peu ce qui fait vibrer leur coeur: la musique et la fête. La légende dit que les habitants de Santiago n'aiment pas le travail, une blague raconte que quand la police veut disperser les manifestants à Santiago elle lance des outils ce qui les fait fuir.


On a été accueilli par le Père de Juan, Chingolo et sa femme Liliana dans leur maison de La Banda dans la banlieue de santiago. Chingolo était instituteur rural, son épouse aussi,actuellement en repos, il est bientot a la retraite. C'est une mine d'informations sur la culture et l'Histoire de la province, il a écrit quelques livres entre autres sur les mythes et légendes de la région. Les discussions étaient souvent animées surtout quand on parlait de politique. Même si on est a peu près d'accord.

Il est surtout guitariste et a su transmettre ce virus à presque tous ses enfants. Ils chantent la chacarera au rythme du bombo et de la guitare


Dans ce périple en "Juan Cruzie" nous avons donc fait connaissance de Chingolo, Soledad, Liliana, Augustina et aussi Chueco à Tafi del Valle où nous avons séjourné quelques jours dans sa petite maison accrochée à la montagne. Tout ces gens nous ont ouvert leur coeur et leur maison, nous ont fait partagé un peu de cette culture qui fait leur identité et à laquelle ils sont tant attachés. Qui fait de Juan ce qu'il est. Une fièrté, une culture santiagueña empreinte d'Histoire et de légendes des peuples natifs du nord de l'Argentine, une générosité, une joie de vivre mais toujours sur un fond discret de mélancolie. Nous avons pris la mesure de ce que Juan a laissé derrière lui. En tout les cas grâce à toi Juan nous sommes tombés complètement amoureux du Nord de l'Argentine. On vous fait au passage pleins de gros bisous à toi, Julia et Gaïa.


Comme je le disais, nous sommes ensuite allés chez Chueco à Tafi del valle . Chueco vit de son travail d'artisan (il fait des bijoux en argent) et de sa musique. Quand cela ne suffit pas un petit job dans un magasin en ville vient remédier à cela. La maison se trouve dans la montagne à 10 km du bourg. C'est une maison en briques de terre crues, avec un sol pavé de grosse pierres plates. Cette habitation a été reconstruite sur les bases d'une maison bicentenaire. Il en reste le pavement du sol et le foyer creusé. Toute autour la nature luxuriante s'exprime ici de plein droit. Pas de tondeuse (même pas de moutons!!!) à peine de petits chemins tracés par les quelques passages quotidiens. Pleins d'arbres frutiers et de fleurs. Nous avons juste eu le temps de profiter d'une courte balade dans la montagne avant que le temps ne se gate: pluie et froid. Du coup nous ne sortions que pour glaner un peu de bois afin de pouvoir allumer un précieux feu de cheminée car à 2400m c'est pas du luxe les amis. Les soirées avec Chueco et Julio son voisin étaient toutefois sympathiques et animées.


Alors Il nous a fallu encore une fois dire aurevoir (les rencontres sont fortes et les aurevoirs arrivent toujours trop tôt) pour poursuivre notre route par Cafayate où nous avons rapidement visité les ruines de la civilisation Quilmes. Une cité que les descendants actuels des Quilmes se sont réappropriés il y quelques années suite à un bras de fer avec le gouvernement et l'entreprise qui exploitait le site. Seul site archéologique que nous visiterons en argentine car, même s'il y a une forte empreinte inca dans le nord, les populations étaient surtout composées de chasseurs/cueuilleurs, donc nomades. Nous sommes aujourd'hui à Salta jusqu'à demain.


Nous avons temporairement changé de stratégie quand au rythme de notre voyage, nous avons décidé de faire des sauts de puce jusqu'en Bolivie, deux choses nous y poussent, la première c'est l'altitude que nous allons rencontrer, en effet entre Salta (à peine 1200m) et Quiara la ville frontière, il y a 2200 m de dénivelé sur seulement 300 km de route. Nous sommes obligés de faire des paliers afin que notre corps s'habitue aux hautes altitudes des Andes boliviennes que nous ne quitterons pas beaucoup ensuite le temps de notre séjour dans ce pays. L''altiplano bolivien étant situé entre 3500 et 4000m. Une étape équibalent à une nuit, nous passons 1 à 2 jours dans chaque endroits, car la deuxième chose qui nous pousse, c'est d'être présent au somment sur le climat de Cochabamba (un autre Copenhague en plus efficace? Trop tôt pour le dire, on en reparlera sûrement.)


Voilà, dans quelques jours nous aurons quitté l'Argentine, nos yeux se tournent déjà, rêveurs vers la Bolivie.


Publié à 21:29, le 8/04/2010, Santiago del Estero
Mots clefs :


Hoel souhaite la bienvenue 

à son nouveau cousin Léon

 Félicitations à Fabienne et Tony,

on vous embrasse bien fort et on attend des photos.


Publié à 21:10, le 31/03/2010, Santiago del Estero
Mots clefs :


Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

La carte des lieux visités



Rubriques


Derniers articles

Machu Picchu: les images
fin de voyage
Séjour à Cusco
Sans titre
Sans titre

Sites favoris

NOS ARCHIVES PHOTOS (celles qui ne sont plus sur le blog)

Amis


Newsletter

Saisissez votre adresse email